Tout savoir sur l’infusion des plantes en tisane !

Aujourd’hui, nous allons nous tourner vers les plantes en tisane. Ne vous en faites donc pas, car nous n’allons pas totalement sortir du cadre des huiles végétales comme l’huile de ricin. Alors, qu’en est-il des infusions ? Que faut-il savoir sur le sujet ? Suivez le guide !

L’infusion : une science ancestrale !

Les médicaments et les pharmaciens n’ont pas toujours été les murs du paysage médical. En effet, bien avant la médecine moderne, il y avait le soin par les plantes. Il s’agit de la première forme de la médecine. Bien entendu, elle est toujours d’actualité bien qu’elle soit moins utilisée par la médecine moderne.  Il s’agit de la phytothérapie qui signifie littéralement « soigner par les plantes ».

Comme son nom l’indique, il s’agit d’un art médical à base de plantes ou d’extraits de plantes. L’objectif étant, bien sûr, de soulager tous types de mal au quotidien. La forme la plus brute de cette médecine est l’usage des plantes séchées. C’est la forme la plus authentique de l’exploitation des plantes dans un cadre médical.

En fonction de la plante, toutes les parties de cette dernière peuvent être utilisées. Les plantes sèches sont la base des infusions. Bien entendu, pour que les plantes gardent toutes ses caractéristiques médicales, il est bon de les sécher dans des conditions bien spécifiques.

Le premier pas d’usage !

Faire une infusion est une question de préparation. Il ne s’agit donc pas forcément de mettre de l’eau chaude dans un bol avec une des plantes séchées. La première étape étant d’utiliser le bon matériel. Dans ce cadre, préférez le bois ou l’acier inoxydable et surtout pas l’aluminium ! En outre, essayez de ne pas ajouter de sucre à votre infusion. Si cela vous semble impossible, utilisez plutôt le miel, le sirop d’agave ou encore la mélasse.

Concernant la dose à prendre, un adulte consommera entre 2 à 3 tasses par jour. Surtout, il faut éviter la surdose puisque cela risque d’apporter l’effet inverse de ce que vous attendez. Par exemple, une tisane de tilleul trop chargée vous tiendra éveillé toute une nuit au lit de vous aider à dormir !

Il y a également la question de la qualité de l’eau. Etant donné qu’il s’agit du principal ingrédient d’une infusion, optez pour une eau pure et faiblement minéralisée. Pour ce faire, vous n’avez qu’à chercher la mention « résidu sec à 180°C » sur les bouteilles que vous comptez acheter !

D’autres informations importantes

Il est également bon de se demander combien de temps il vous faudra consommer une tisane. N’oublions pas qu’il ne s’agit pas d’un médicament conventionnel avec une prescription. Ici, il est bon de ne pas oublier que cette forme de médecine douce doit se prendre à moyen et sur le long terme. Si vous voulez que l’action de la tisane soit bien prononcée, une durée de 3 semaines avec une seule de pause est conseillée. Sinon, quelques jours de prise suffiront amplement pour une action ponctuelle.

Sinon, il est tout à fait possible de faire un mélange de plusieurs plantes dans une tisane. La seule chose que vous devrez prendre en compte étant les parties à utiliser. Par exemple, il n’est pas forcément conseillé de mélanger les racines d’une plante avec les fleurs d’une autre plante. Sauf si vous ajoutez les fleurs dans le mélange avec l’eau et la racine après avoir coupé le feu.

Concernant le temps de conservation d’une tisane, ne comptez que peu de temps. Clairement, une tisane ne se conserve que 12 heures à température ambiante et 24 heures au réfrigérateur. Le fait est que l’eau n’est pas un bon conservateur !

Tout savoir sur l’infusion des plantes en tisane !
Cet article vous a plus ?
Partagez l'article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *